Les API c’est bien… en abuser ça craint !

API, API, API… elles sont partout, on en met à toutes les sauces, c’est presque devenu une mode et un buzz-word indispensable à tout bon pitch digital.

Image for post
Image for post
“La sécu c’est bien, en abuser ça craint” — https://www.youtube.com/watch?v=PzkpG0bv-V4

Standardiser l’accès

Une API peut permettre de standardiser l’accès à des données. On le voit très bien dans le domaine des données géographiques, où des protocoles et API standardisées permettent d’accéder à des données géographiques sans avoir à connaître le format ou l’organisation des données en interne derrière l’API.

Des services qui ne sont pas universels

C’est en effet une des limites des API, elles prévoient une certaine offre de service qui peut être limitée par rapport à ce que permettent les données sous-jacentes.

Le syndrome de l’amnésie

Lorsque des données évoluent dans le temps (et c’est souvent le cas pour celles diffusées par API), les API permettent en général que d’avoir accès au dernier état. On perd donc tout l’historique, car là encore un type d’usage principal a été envisagé pour la mise en œuvre de l’API, en ignorant d’autres usages possibles.

Des services à valeur ajoutée ou de confort

Dans certains cas, une API offre un service à valeur ajoutée sur des données brutes disponibles par ailleurs. Par exemple l’API de géocodage proposée sur adresse.data.gouv.fr permet de tirer parti de la Base Adresse Nationale de façon bien plus utile que le simple accès aux fichiers de référence.

Disponibilité et dépendance: l’effet dominos

Plus une application fait usage à des API pour son fonctionnement, plus celle-ci est sensible à l’indisponibilité ou au changement de comportement des API dont elle dépend.

Contrôle d’usage et d’accès

Les requêtes traitées par une API nécessitent donc des ressources réseau et bien sûr informatiques. Pour avoir des temps de réponse faibles, un taux de disponibilité élevé, il faut des serveurs correctement dimensionnés, avec du code correctement optimisé, de la redondance… ceci a un coût qui peut être marginal mais qui n’est pas toujours faible lorsqu’on le multiplie par des milliards d’appels.

Les API dans le cadre de l’opendata…

Un des principes de l’opendata c’est de ne pas présager des réutilisations qui seront faites de données, mais aussi de ne pas limiter celles-ci.

Written by

40 ans d'informatique + 33 de base de données + 25 d'internet + 11 de cartographie = #OpenStreetMap + #opendata + #logiciel_libre

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store