ANTS: administration 2.0 ou zéro pointé ?

Image for post
Image for post

Bilan et suggestions d’améliorations sont à la fin de l’article… car j’ai reçu ma carte grise après 10 semaines de démarches !

L’ANTS c’est l’Agence Nationale des Titres Sécurisés, l’organisme public qui délivre depuis plusieurs années cartes d’identité et passeports mais aussi depuis peu cartes grises (on dit certificat d’immatriculation en jargon administratif) et permis de conduire.

Depuis le début novembre, plus besoin de faire la queue en préfecture, tout se passe en ligne car cette démarche a été “dématérialisée” dans le cadre du Plan Préfecture Nouvelle Génération (PPNG pour les accro aux acronymes) annoncé en décembre 2015 suite au (demi ?) fiasco d’un autre projet du même ordreFaeton.

Pour moi qui suit un peu phobique administratif, l’idée de tout faire en ligne m’enchante d’avance car mon dernier passage en préfecture pour faire le changement d’adresse sur ma carte grise m’avait pris plusieurs heures.

Refaire ma carte grise… mais pourquoi donc ?

Justement, lors de ce dernier passage en préfecture, la carte grise qui m’a été délivrée a une petite erreur, minuscule, que je n’avais pas remarqué alors.

La mention P.3 indiqueES”

P.3 ? Ah oui… c’est super lisible une carte grise… P.3 c’est “Type de carburant ou source d’énergie”… et ES c’est Essence (ça c’est pas expliqué, donc incompréhensible par un non accro des acronymes administratifs).

Le hic… c’est que depuis 2002, mon véhicule est en bi-carburation Essence + GPL (autant pour la planète que mon porte-feuille) et ça c’est “EG” et pas “ES”.

La préfecture a tout simplement mal reporté le type de carburant… et donc en face de P.3 je devrais avoir “EG” au lieu de “ES”… juste une petite lettre qui ne va pas, rien qu’une petite lettre.

Je m’aperçois tardivement de cette erreur lorsque je demande ma vignette Crit’Air. Je devrais recevoir un 1, or je reçois un 3. C’est lorsque je demande une explication que je découvre l’erreur de la préfecture. Vu que ça ne m’empêche ni de rouler, ni de dormir et comme j’utilise très peu ce véhicule, j’oublie ça… jusqu’au contrôle technique de ce mois de novembre...

Véhicule non conforme au contrôle technique !

0.4.1.1.1. ENERGIE MOTEUR : Non-concordance avec le(s) document(s) d’identification

Voilà, c’est officiel, rien ne va plus… et pour la peine c’est contre-visite obligatoire dans les deux mois.

Deux mois ? Je me dis que c’est bon, la préfecture va pouvoir me corriger ça en deux mois surtout que maintenant on est dans l’administration 2.0, tout en ligne… et je sais que ça se passe désormais à l’ANTS.

Première demande ANTS…

Le site web de l’ANTS n’est pas très clair, beaucoup de choses et je ne trouve pas comment faire une rectification d’erreur et comme ça sort sûrement du circuit principal, j’utilise le formulaire de contact.

Réponse en 5 jours (le 30 octobre, la date est importante) : “Si vous souhaitez faire corriger une erreur sur votre certificat d’immatriculation, vous devez vous adresser au préfet du département de votre choix en présentant les pièces justificatives qui apportent la preuve de l’erreur de saisie ou d’enregistrement.

Seules les préfectures sont habilitées à modifier ou à corriger les données d’un titre. S’agissant d’un système national, vous pouvez déposer ce type de demande dans toutes les préfectures.”

Donc l’ANTS me renvoie vers la préfecture… sauf que depuis le 1er novembre (donc 48h après la réponse que je n’ai lu que quelques jours après), plus rien ne se fait en préfecture, et le site de la préfecture me redirige vers l’ANTS, plus précisément sur le formulaire de demande de correction.

Dommage que l’ANTS ne m’ait pas redirigé vers le bon formulaire sur son site… et anticipé que 48h après leur réponse la préfecture ne pouvait plus rien pour moi. On va dire que je suis mal tombé.

Dommage aussi que l’ANTS n’applique par l’article L114–2 du Code des Relation entre le Public et l’Administration… “Lorsqu’une demande est adressée à une administration incompétente, cette dernière la transmet à l’administration compétente et en avise l’intéressé.”

Normalement, l’ANTS aurait dû transmettre ma demande à la préfecture et m’informer, mais non, à l’ANTS, la Loi ne s’applique pas, ou alors comme ça les arrange.

Deuxième demande à l’ANTS…

Je remplis donc le formulaire en ligne, en indiquant que je n’ai plus l’ancienne carte grise mais comme ils doivent bien avoir ça dans leurs archives et fichiers, ils vont bien retrouver l’erreur et m’envoyer une carte grise corrigée.

Réponse (en 10 jours): “Monsieur, Je vous invite à prendre contact avec la préfecture de créteil ou à faire une demande écrite pour qu’ils puissent rechercher aux archives votre dossier de l’époque et vous faire des photocopies. Avec cette carte grise, une pièce d’identité recto verso, un justificatif de domicile, le CERT pourra vous faire une correction. Cordialement”

Image for post
Image for post

Ah oui… c’est à moi qu’incombe la recherche de ces archives et les démarches en préfecture ?

Un peu énervé je réponds donc que je suis très étonné de devoir faire la démarche moi même et leur cite ce fameux L114–2, énervé aussi par la demande de justificatifs de domicile et de pièce d’identité car je me suis identifié avec FranceConnect, l’outil d’authentification (SSO) mis en place par l’État justement pour éviter ces tracasseries.

Je vais quand même en préfecture car j’en ai besoin de cette carte grise et les échanges par hygiaphone numérique avec des réponses en 10 jours, ça risque de faire court avant la date fatidique de ma contre-visite pour le contrôle technique car le 20 janvier, je ne peux en principe plus rouler…

Préfecture: les points internet

Dès que je prononce “carte grise” à l’accueil en préfecture je n’ai pas le temps d’expliquer mon cas que je suis redirigé vers les “points internet”.

Image for post
Image for post
Point Internet en préfecture

Ces points internet ce sont des ordinateurs mis à disposition des usagers qui n’ont pas d’ordinateurs, pas internet. Un PC sur une borne peu confortable, une personne pour aider, et la queue… comme au bon vieux temps, mais sans les tickets, sans le confort (relatif) d’une salle d’attente où l’on peut s’asseoir en attendant de voir son numéro de ticket affiché et un guichet avec un humain pour nous recevoir.

Comme j’ai un doute sur le fait qu’on puisse résoudre mon problème de cette façon, je demande à la personne qui aide et bien sûr elle me confirme qu’elle ne pourra rien faire de plus que ce que j’ai fait de chez moi en ligne… donc retour à l’accueil.

L’accueil me laisse terminer mon explication et me dit que ça va être compliqué, “vous comprenez il n’y a plus personnes aux cartes grises depuis que c’est dématérialisé” mais elle arrive quand même à joindre quelqu’un.

Cette personne vérifie sur son ordinateur et… il faut que je m’adresse à la préfecture qui m’avait fait ma précédente carte grise… donc en Haute-Savoie (et en 2002).

J’ai l’impression que toute l’administration est fan de rugby… on fait des passes, mais jamais en avant !

Tout s’éclaire… et s’assombrit

L’accueil téléphonique de la préfecture d’Annecy est bien plus humain… j’ai enfin quelqu’un du futur ex-service des cartes grises qui me fournit l’explication: “les mentions GPL n’ont pas été bien transférées entre l’ancien et le nouveau système de gestion des cartes grises”.

Voilà, je suis juste une des victimes d’un gros bug d’import/export de données… mais l’administration (qui connait donc le problème) me demande des justificatifs provenant de ses archives pour corriger leur erreur. De qui se moque-t-on ?

Le problème c’est que ces justificatifs datent de 15 ans et la préfecture d’Annecy m’indique que les archives ne sont conservées que 5 ans donc ça fait 10 ans qu’elles n’existent plus.

C’est pas gagné !

Que me reste-t-il comme justificatif… mon précédent contrôle technique mentionne-t-il le type de carburant ?

OUI ! Il y a bien un “EG” sur le duplicata que me ressort le contrôleur en m’indiquant que ces infos proviennent des fichiers de la préfecture.

Attendre… ou saisir le défenseur des droits

Je retourne donc dans “Mon espace” sur le site de l’ANTS pour ajouter ces justificatifs à ma demande avec quelques explications en plus.

Le problème c’est que j’avais répondu (énervé) et que tant que “ma demande est en cours d’instruction” je ne peux rien ajouter. Pratique, surtout quand les aller-retour prennent 10 jours !

Au bout de 10 jours, toujours rien… ça commence à faire long et devant ce mur numérique, je décide de saisir le défenseur des droits.

Je vais vous éviter cet épisode, car la réponse obtenue très rapidement ne me sera d’aucune aide. En gros, ils sont submergés de saisines liées au dysfonctionnement de l’ANTS sur les permis et cartes grises. Impasse bouchée.

Traitement vertical de ma demande par l’ANTS

Noël étant passé, toujours pas de carte grise au pied de mon sapin. Je retourne donc une nième fois sur le site de l’ANTS pour voir si j’ai loupé un mail à propos de mon dossier.

La surprise du 26 au matin… plus de demande en cours de ma part. Rien. Vide.

L’ANTS a purement et simplement supprimé ma demande, sans m’avertir, sans m’informer.

Troisième demande à l’ANTS…

Je fais chauffer le scanner… car en plus d’un ordinateur, il faut aussi un scanner pour faire ses démarches, car c’est du numérique, mais en papier !

Duplicata du précédent contrôle technique avec le fameux “EG”, carte grise actuelle avec “ES”, passeport (oui, c’est bien moi même si je passe par FranceConnect), facture d’eau (non, je n’ai pas changé d’adresse, la même que sur le passeport, la carte grise, le contrôle technique)… tout est scanné.

Je dois remplir ce formulaire en ligne deux fois… car la première ça se termine en erreur. Est-ce à cause de mon scan qui fait plus de 1Mo ? Bref, encore une chose non indiquée, qu’on découvre avec une erreur qui nous fait tout recommencer de zéro.

Voilà où j’en suis et franchement j’ai honte.

La honte

J’ai honte car je travaille dans un service de l’administration chargé du passage au numérique.

FranceConnect je connais bien, ce sont des collègues qui l’ont mis en place et le gère.

Je travaille à la mise en place des briques de base pour créer les services numériques de l’administration mais quand je vois cette mise en œuvre j’ai honte qu’on puisse mettre en place de tels services.

Un collègue a très bien résumé ça: “quand on fait des applications pour faciliter la vie des administrations plutôt que de faciliter celle des utilisateurs, on abouti au naufrage que constitue le service des cartes grises (qui ne facilite pas du tout la vie des administrations concernées et dont les problèmes débordent sur d’autres entités)”

J’ai découvert à travers mon cas personnel qu’en fait tout le système PPNG/ANTS dysfonctionne actuellement. Rien que dans mes collègues, nous sommes une demie-douzaine (sur seulement quelques dizaines) à avoir des problèmes avec nos permis et cartes grises… et je n’ai encore trouvé personne pour qui tout s’est passé sans heurt.

Il y a :

  • les bugs de l’application
  • l’UX lamentable (ce côté hygiaphone numérique)
  • l’impossibilité d’avoir un contact humain (et les réponses ne sont jamais signées, ce qui n’est pas non plus légal)… le support téléphonique ne fait que vous inviter à aller sur le site web, impossible d’avoir un humain au bout du fil (ou alors c’est super bien caché)
  • les délais bien trop longs pour les réponses (saturation des équipes qui traitent les dysfonctionnements techniques les nombreux cas non prévus ?)
  • les justificatifs qu’on redemande alors que FranceConnect devrait alléger tout ça
  • l’engorgement général de tout ce système… censé nous simplifier la vie et qui n’aboutit qu’à l’inverse.
  • on a même des failles de sécurité… certains usagers voient les dossiers d’autres usagers ! (voir dans les suites en bas d’article)

Quelques recherches en ligne montrent que le problème est général.

Des vendeurs de voitures ne peuvent pas immatriculer les véhicules vendus, les clients annulent des commandes, les stocks débordent… les comptes en banques vont mal.

Un arrêté a même été pris en urgence pour rallonger la validité des cartes grises temporaires.

Côté permis de conduire, ce sont les auto-école qui sont impactées.

Pour ces professionnels, des canaux privilégiés ont semble-t-il été mis en place… où est l’égalité d’accès au service public ? Honteux

Des professionnels vendent désormais des prestations pour faire les démarches à votre place… on a donc un service public à deux vitesses et fonction de nos moyens ? Honteux

2.0 ou zéro pointé ?

Nous sommes à l’aube d’une généralisation de la dématérialisation des procédures administratives.

Vous n’aurez jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression.

Le couple PPNG/ANTS doit être l’exemple à ne surtout pas suivre et laissera sûrement malheureusement une image très négative auprès des usagers.

Pour beaucoup c’est le premier contact avec FranceConnect qui n’a pas de rapport avec l’ANTS, mais qui va être assimilé à cette catastrophe industrielle mise en place par le Ministère de l’Intérieur.

Il faut penser ces nouveaux services avec l’usager au centre, ici c’est clairement l’administration qui a été privilégiée.

Il faut que les responsables de ce nouveau fiasco découvrent d’urgence le “Code des Relations entre le Public et l’Administration”, car celui-ci prévoit beaucoup de choses pour simplifier la vie du public :

  • transmission par l’administration des dossiers en interne (et pas via l’usager)
  • principe du “dites-le nous une fois”

Faudra-t-il aller au tribunal administratif pour faire valoir ses droits ?

Suite du 3 janvier 2018

Je viens de vérifier où en était ma démarche du 26/12… elle a elle aussi disparu.

Donc encore un message sur le formulaire de contact, mais sans grand espoir, malheureusement, vu les épisodes précédents.

Je tenterai l’appel au 3400… mais obtenir un contact humain revient à errer dans un labyrinthe au sein de ce serveur vocal.

Suite du 4 janvier 2018

Sur Facebook, quelqu’un signale qu’il accède au dossier de quelqu’un d’autre… de mieux en mieux !

Ce n’est pas le premier message de ce type que je vois passer. Il y a donc un réel problème à ce niveau aussi. Que deviennent nos justificatifs ? Nos pièces d’identité scannées, nos justificatifs de domiciles sont-ils vraiment stocké en sécurité ? On peut franchement en douter.

Image for post
Image for post

Suite du 9 janvier 2018

Comme presque tous les jours, je suis allé voir si il y avait du neuf sur mon dossier… obligé d’aller voir régulièrement car beaucoup de personnes signalent que l’on n’est pas automatiquement informé par mail lorsque notre démarche a avancé d’un cran et qu’il faut faire quelque chose (un paiement, fournir des justificatifs supplémentaires, etc).

Donc… bonne surprise, ma liste de démarches n’est plus “vide”, ma première demande est de retour. Il va falloir fêter ça !

Des justificatifs à fournir: mon dernier contrôle technique (celui de novembre), pièce d’identité, justificatif de domicile. J’ai même joint le contrôle technique d’il y a deux ans, où la mention GPL (EG) était bien présente là aussi.

Ne reste plus qu’à patentier encore et dans le noir, car ma liste de démarches est redevenue vide.

Cette liste de démarche en cours “vide” alors qu’il y a bien des démarches en cours de traitement, ça doit générer un traffic énorme de mail et de démarches en doubles. Quoi de plus normal en effet lorsqu’on ne voit plus rien que se dire comme je l’ai fait que c’est perdu, supprimé et à recommencer. Tout ça en rageant bien sûr car on a déjà perdu du temps, et on voit déjà qu’on va en reperdre.

Une simple amélioration consisterai à conserver visible toutes les démarches, en indiquant qu’elles sont en cours de traitement.

Une seconde amélioration consisterai à laisser modifiable les informations ou les détails qu’on peut indiquer pour les compléter, car dès qu’on valide, on n’a plus accès à rien. Si on valide trop vite ou par erreur, c’est bloqué jusqu’à ce que l’autre bout réagissent… et là encore on va faire perdre du temps au service qui traite ces dossiers.

Tout ceci participe à saturer les services qui traitent les dossier, car que va devenir ma deuxième démarche ? Quelqu’un va sûrement la traiter, ça va aussi lui faire perdre du temps.

Bref, c’est très Très TRÈS mal conçu.

Le petit mail “turbo”

Comme sur Facebook plusieurs personnes indiquent qu’après avoir envoyé un mail directement au CERT (le service qui traite les dossiers) leur dossier a magiquement avancé dans les 24 à 48h suivantes, j’ai moi aussi envoyé un petit mail indiquant que je venais de fournir mes justificatifs et que j’avais une deuxième démarche en doublon. Petit rappel aussi que la deadline pour ma contre visite de contrôle technique c’est le 20 janvier prochain…

Les adresses mail direct des CERT ne sont pas faciles à trouver, voici le lien magique (et court) : https://frama.link/email-cert

Suite du 11 janvier 2018

Ma démarche est de nouveau dans la liste et on me propose à nouveau “Reprise” ou “Abandon”… encore du jargon et il ne faut SURTOUT pas se tromper dans le menu déroulant sinon c’est retour à la case départ !

Quoi de neuf ?

Je peux télécharger un “Bon d’opération” ? Un beau PDF qui si on le décrypte semble dire que le CERT a tout validé et demande donc à l’ANTS d’imprimer une nouvelle carte grise et de me l’envoyer (sans frais, manquerait plus que ça). Une phrase au bas de document peut faire peur “Le bon d’opération est valable pendant une durée de 4 jours calendaires à compter de sa date
d’édition.
”… mais ceci concerne semble-t-il que CERT et l’ANTS, pas l’usager… pourquoi alors transmettre ce document ? Y aurait-il des cas où il se perde et que l’ANTS en demande une copie (à l’usager bien sûr, c’est si facile). Ce PDF on ne peut le visualiser qu’à cette étape… il n’est plus accessible ensuite.

A cette étape on a donc du jargon administratif et des documents dont l’usager se contrefiche (sauf si ils se perdent ?) alors que la seule chose qu’on aimerait lire c’est: “votre demande de duplicata est validée par le CERT et l’ANTS va vous faire parvenir par la poste votre nouvelle carte grise.”

Ce n’est pas demain que le prix “Soyons clairs” sera décerné au Ministère de l’Intérieur pour ses “Préfectures de Nouvelle Génération” et l’ANTS !

Un mail serait aussi appréciable, car retourner sans cesse sur ce site mal fichu c’est d’un pénible !

Image for post
Image for post

Sur Facebook, quelqu’un me signale que je peux désormais utiliser le “où en est ma carte grise”… ce que ni le CERT ni l’ANTS ne m’avait indiqué…

Là encore on a un quelque chose de bizarrement conçu car nul besoin de s’identifier pour consulter ce suivi. Il suffit de connaitre le numéro d’immatriculation pour obtenir les informations sur le suivi, comme le numéro de suivi de La Poste. Pas très sécurisé.

On a aussi un captcha bien difficile à décoder, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois… ici c’est 8KKBmU ou 8kkBmU ou 8kkbmu ? Moyen mais au moins c’est pas un captcha Google ;)

J’arrive donc à ceci:

Image for post
Image for post

Ma carte grise serait entre Lille et chez moi…

Je peux fournir (une fois de plus) mon email pour être informé de l’avancement… pourquoi ne pas le faire dès le début et automatiquement car mon email l’ANTS l’a depuis plus de 6 semaines !

Suite du 12 janvier 2018 et FIN !

Oui, fin car j’ai reçu ma carte grise corrigée ce matin !

C’est le moment de faire…

Le Bilan

Ma première démarche pour faire corriger ma carte grise date du 25 octobre 2017, j’ai reçu ma carte grise corrigée le 12 janvier 2018… soit presque 10 semaines, de quoi regretter les files d’attente en préfecture !

15 connexions au site de l’ANTS ont été nécessaires (dont 14 via FranceConnect qui au passage ne m’a posé aucun problème, mais j’avais déjà utilisé FranceConnect sur le site de l’ANTS pour obtenir mon nombre de points sur mon permis il y a plus d’un an).

Tout s’est accéléré à partir du moment où j’ai envoyé un mail directement au CERT, le service qui traite les dossiers… dont l’adresse est quasi introuvable.

Aucun mail ne m’a été envoyé pour m’informer de l’avancement de mes démarches. Les seuls mails envoyés le sont juste après avoir rempli les formulaires en lignes en recopiant les informations que l’on vient d’indiquer… fort peu utile.

Le support téléphonique (3400) ne m’aura appris que 2 choses après 5mn à errer dans les choix du serveur vocal (les choix 1 2 2 1 2 1 permettent d’avoir un contact humain) :

  • “il faut patienter”
  • “c’est normal que vous n’ayez plus votre démarche visible sur le site, mais elle est en cours de traitement par le service instructeur”

Le site de l’ANTS est très buggué, peu clair et les échanges durant une démarches sont remplis de jargon administratif (“service instructeur”, “bon d’opération”, “reprise ou abandon”, etc).

Comprendre le fonctionnement…

Pour la majorité des démarches (voire toutes), l’ANTS et les CERT se répartissent différentes tâches. Les CERT sont les Centres d’Expertise en Ressources et Titres, il y en a une dizaine pour toute la France, dans mon cas c’était celui de Besançon.

Voici le fonctionnement qu’il me semble avoir compris entre ces deux services :

  1. l’usager remplit sa démarche en ligne sur le site de l’ANTS
  2. un contrôle semble être fait à ce niveau par l’ANTS qui transmet ensuite au CERT pour vérifier le dossier, les justificatifs… à ce moment la démarche “disparait”
  3. le CERT va éventuellement demander (via le site de l’ANTS) des justificatifs (si on ne les avait pas transmis initialement) ou d’autres informations, voire un paiement (je ne suis pas passé par cette case vu qu’il s’agissait de faire rectifier une erreur). Aucun mail n’est envoyé pour indiquer qu’il faut retourner sur le site de l’ANTS… il faut donc y aller régulièrement.
  4. une fois que tout est ok (justificatifs, paiement), le CERT émet un “Bon d’opération” qui va déclencher l’impression du document et son envoi. Là il faut encore aller sur le site ANTS (sans recevoir de mail) pour valider encore quelques cases à cocher.
  5. l’ANTS imprime (enfin) le document… et l’envoi se fait par La Poste (en lettre suivie)…
  6. pour les cartes grises, il est possible de suivre ces dernières étapes sans se connecter par FranceConnect en indiquant juste le numéro de carte grise et un captcha… et si tout va bien on reçoit le document dans les 48h.

Améliorations principales à envisager

La principale et la plus urgente : conserver dans la liste des démarches TOUTES les démarches, qu’elles soient en cours d’instruction, abandonnées, terminées, rejetée ou je ne sais dans quel autre état.

C’est je pense la plus grande incompréhension qu’un usager peut avoir (et que j’ai eu, qui m’a fait rager pensant qu’on avait juste effacé ma démarche).

Les démarches disparaissant, on est tenté d’en démarrer une nouvelle. Pour certaines démarches il y a un message d’erreur comme quoi une démarche est en cours, ce qui là encore va rajouter de grands questionnement pour l’usager qui ne voit rien dans sa liste de démarches en cours !

Seconde amélioration : permettre de modifier sa démarche tant que le dossier n’est pas réellement traité au niveau description et de l’ajout de pièces jointes. Ceci permet de compléter après coup si besoin, car à la relecture du mail confirmant les éléments saisis, on peut se rendre compte d’une erreur ou d’un manque qu’on ne pourra pas corrigé, ce qui provoque un aller-retour de plus, long et qui génère du travail supplémentaire pour rien.

Troisième amélioration : informer au fur et à mesure de l’avancement par email et/ou SMS… retourner sans arrêt sur le site ANTS n’est vraiment pas le moyen efficace, et ceci génère sûrement un traffic supplémentaire et inutile sur le site (sauf si quelqu’un touche une prime sur cet indicateur… ce qui serait une bien étrange idée).

Amélioration N°4… ne pas limiter à 1Mo les pièces jointes.

La moindre photo prise avec un appareil photo numérique (qui doit être bien plus utilisé qu’un scanner) pèse toujours plus de 1Mo. L’usager doit donc faire des manipulations pour ne pas dépasser cette limite… et comme l’interface web est buguée à ce niveau, dès on se retrouve avec une erreur et il faut reprendre la démarche de zéro !

Ces justificatifs ne pourraient-ils pas être conservés d’une démarche à l’autre tant qu’il sont valables ? Le scan de mon passeport va être valable encore pendant 10 ans… mais je vais devoir le renvoyer à chaque fois.

N°5… intégrer le “où est ma carte grise” dans la suite de la démarche et pas à part

Mais quelle idée d’avoir séparé ça ? L’usager s’est habitué à une interface, à un mode d’accès pour savoir où en est sa démarche… et là on rompt cela sans bonne raison (il y en a sûrement une, mais mauvaise, l’usage passant AVANT TOUT).

N°6… en finir avec le jargon ?

Et… respecter la loi ?

  • Pourquoi demander des justificatifs d’identité alors qu’on s’est connecté avec FranceConnect ?
  • Pourquoi redemander l’adresse email ou postale alors que ces informations sont là aussi transmises par FranceConnect
  • Pourquoi refournir des justificatifs que l’administration possède déjà ? Je vais faire une demande de duplicata de permis de conduire, je suis à peu près sûr qu’on va me redemander un justificatif de domicile et une copie d’une pièce d’identité… (voire la suggestion 4)
  • Indiquer qui nous répond… nom ou simple matricule si vous voulez préservez l’anonymat des agents. La Loi l’impose…

A suivre… sûrement avec d’autre suggestions

Written by

40 ans d'informatique + 33 de base de données + 25 d'internet + 11 de cartographie = #OpenStreetMap + #opendata + #logiciel_libre

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store